Archives par mot-clé : Narcissisme.

Samir Fellak : Les balafres identitaires

L’absence ou la porosité des liens aux objets de l’enfance fissure, chez l’adolescent, la potentialité identificatoire et plonge celui-ci dans un insoutenable et inquiétant sentiment d’étrangeté du Moi. Le dispositif psychothérapique permet au patient d’exprimer sa haine à l’endroit de la mère ou du père, dans une relation de transfert sur le psychanalyste donnant une possibilité de rencontre à un autre, identifié comme « étranger », suffisamment différent (sexuellement) et différencié (narcissiquement).

Adolescence, 2017, 35, 2, 325-333.

Xavier Giraut : Discontinuités adolescentes

L’adolescence, l’âge des possibles, s’inscrit dans le champ de la discontinuité dont la plus perceptible est corporelle. D’autres discontinuités – psychiques, familiales et environnementales –, sont propres à cet âge. Les traces des premières phases de développement vont faire écho à ces remaniements.

Adolescence, 2017, 35, 1, 101-109.

Simone Korff-Sausse : selfies : narcissisme ou autoportrait ?

Les selfies adolescents interpellent le psychanalyste, et leur prolifération massive sur les réseaux sociaux amène à revisiter le stade du miroir. Ces images de soi sont-elles un miroir réflexif ou un miroir vide ? Même massivement narcissiques, les selfies procèdent d’une quête identitaire, voire d’une quête esthétique, où ils peuvent s’apparenter à l’autoportrait. Au-delà des aspects ludiques et narcissiques, ils sont liés aux questions fondamentales de l’identité, la sexualité et la mort.

Adolescence, 2016, 34, 3, 623-632.

Valérie Boucherat-Hue : automutilation pubertaire

Chez une grande adolescente psychosomatique, le symptôme auto-sadique de trichotillomanie condense les carences du Moi-corps et ses tentatives d’appropriation auto-érotiques. Ces blessures traumatophiliques répétées entretiennent, à des fins de survie, l’excitation d’une absence maternelle déniée dont les traces mnémoniques colonisent la mémoire du corps malade. L’enjeu thérapeutique est la reprise transféro-contre-transférentielle de la fonction homo- et auto-réflexive primitive.

Adolescence, 2016, 34, 3, 587-596.

Delphine Bonnichon : Le masculin dans la maladie musculaire

L’activité semble venir remplir des fonctions importantes pour le travail du masculin en cours chez l’adolescent. Mais qu’en est-il lorsque l’activité est entravée par la maladie somatique ? À la lumière d’une vignette clinique, ces fonctions de différenciation/délimitation, de contenance, d’étayage, mais aussi d’expérimentation de la puissance virile sont mises au travail.

Adolescence, 2016, 34, 3, 563-573.

Samuel Lepastier : narcissisme et haine pour le père

Cet article se propose d’analyser l’expression de la haine contre le père, fréquemment rencontrée aussi bien dans la clinique qu’en dehors d’elle chez les adolescents contemporains. S’il est vrai qu’un récit manifeste peut renvoyer à des contenus latents divers et que les conditions mêmes des cures d’adolescents n’autorisent pas toujours le dévoilement des couches les plus profondes de l’inconscient, il reste, dans le prolongement de la démarche de Freud quant à la question du parricide, que la prise en compte d’œuvres littéraires est une voie privilégiée pour rendre compte de cet affect.

Adolescence, 2015, 33, 2, 341-353.

François Ladame : haine et adolescence : qui hait qui ?

La question de la haine et de l’adolescence est vue comme un jeu de miroir : d’un côté, la haine que peut ressentir l’adolescent et qui peut être une haine de l’autre comme une haine de soi ; de l’autre côté, la haine dont l’adolescent peut être la cible, la haine contre les adolescents.

Adolescence, 2015, 33, 2, 289-299.

Houari Maïdi : la révolte narcissique

La haine est profondément de type narcissique. Elle traduit une défense archaïque, une protection extrême contre la menace d’effondrement psychique et narcissique. Elle peut être inoffensive, ou au contraire agressive et destructive, cherchant à abolir l’altérité. À l’adolescence, le mouvement affectif de haine semble nécessaire à l’endroit des objets parentaux et plus globalement vis-à-vis de l’environnement car l’adolescent a le sentiment d’être « mal regardé », passivé ou féminisé.

Adolescence, 2015, 33, 2, 277-288.