Archives par mot-clé : Métamorphose

Patrick Alecian, Anne-Marie Royer : adèle, les métamorphoses selon abdellatif kechiche

La caméra d’Abdellatif Kechiche dévoile le corps sous l’emprise de la pulsion et la métamorphose de Psyché. À travers le parcours de la jeune Adèle, de son adolescence jusqu’à sa vie d’adulte, le film pose la question de la sexualité adolescente, du choix d’objet d’amour, de la féminité et de l’homosexualité.

Adolescence, 2015, 33, 1, 195-206.

Jacques Vargioni : la souillure, l’informe et l’idéal. L’analité dans l’obésité adolescente

Cet article montre la place centrale de l’analité dans l’apparition, la disparition et les transformations de l’obésité à l’adolescence. Pour Danièle, un fantasme de fécalisation du Moi-corps entache gravement le narcissisme et l’idéal du Moi adolescent, et obstrue la bonne intégration de l’analité au sein du Moi féminin. À l’inverse pour Camille, une sphinctérisation fantasmatique a minima du Moi permet une sortie bien tempérée de l’obésité et de l’informe mélancolique.

Adolescence, 2014, 32, 2, 401-413.

Marika Moisseeff : les lolitas ou l’histoire d’une altérité structurelle

 

Depuis la parution du roman de Nabokov en 1955, de très jeunes filles “ au physique attrayant, aux manières aguicheuses, à l’air faussement candide ” (Petit Robert) sont désignées indifféremment par les termes lolita ou nymphette : ce sont des femmes en puissance dont le corps n’a pas encore subi les bouleversements associés à la fonction maternelle. Une nymphe désigne aussi la chrysalide de certains insectes dont la larve est en train de se transformer en reproductrice mais qui conserve encore des traits juvéniles. À quoi peut donc renvoyer ce lien entre une féminité “ innocente ” prépubère et un animal inférieur tel qu’un insecte ? L’analyse de certaines œuvres de fiction peut nous en révéler la clé.

Marika Moisseeff : le loup-garou ou la virtualité regressive du pubertaire masculin

 

En abordant la phase pubertaire sous l’angle de la réalisation d’une virtualité – la transformation en procréateur –, cet article établit un lien entre, d’une part, un ensemble de théories se rapportant à l’ontogenèse et à la phylogenèse et, d’autre part, certains éléments de l’imagerie populaire montrant l’adolescent masculin comme régressant à un stade animal antérieur.

Sophie De Mijolla-Mellor : l’image du corps adolescent chez botticelli

Basée sur les notions d’« image du corps » (P. Schilder) et de « pathosformel » (A. Warburg), cette étude propose de revisiter l’œuvre picturale de Botticelli du point de vue de la perception de l’adolescence comme une fiction idéalisée reposant sur une triple souffrance : la quête inaccessible de la pureté, la dimension de l’excès maniaque en relation avec le temps futur et la disparition nostalgique de temps irrémédiablement disparu de l’enfance. La méthode suivie est celle des « interactions de la psychanalyse », c’est-à-dire non pas une application de la méthode psychanalytique au déchiffrement de l’œuvre d’art mais une mise en tension ou en écho de l’écoute sensible des œuvres artistiques avec la clinique psychanalytique, ici celle de l’adolescence.

Adolescence, 2008, T. 26, n°2, pp. 449-464.

 

Raymond Cahn : les choix d’arnaldo novelletto. du soi au subjectal

Le regard posé sur l’œuvre et la pensée d’Arnaldo Novelletto met en évidence d’une part l’importance qu’il accorde au soi dans la clinique et dans la cure analytique à l’adolescence pour déboucher sur une perspective plus vaste l’intégrant parmi les âges de la vie et considérant comme une variante d’un même point de vue les différents cadres et modes d’abord de l’adolescent utilisés par les analystes, les repères conceptuels se situant autour des notions de subjectal et de subjectivation.

Adolescence, 2010, T. 28, n°4, pp. 941-944.

Philippe Gutton : paradoxes en métamorphose

La métamorphose instaure une contradiction paradoxale entre originalité et programme, « hasard et nécessité », désordre et ordre, différence et similitude, sujet et assujettissement, ouvrant une réflexion entre sublimation et emprise. Paradoxal est également son déroulement dans le temps, car l’illusion pubertaire est créatrice dans la mesure de son oscillation avec la désillusion. Reprenant l’adage fondamental de R. Kaës dont on ne saurait négliger la paradoxalité : « Le sujet est d’abord un inter-sujet », la métamorphose pubertaire est de façon exemplaire celle de l’inter-sujet, elle inclut en sa procédure même l’autre. Pas de changement structural solitaire. Le pubertaire n’est pas une (re)trouvaille de l’objet mais une révélation de l’altérité génitale.

Le « contrat métamorphosique » s’élargit singulièrement lorsqu’il désigne la création en mouvement d’un lien entre sujet et société, individu et ensemble, discours singulier et référent culturel.

Adolescence, 2011, T. 29 n°1, pp. 171-189.