Archives par mot-clé : Jeunesse

Claude Thiaudière : Les usages de l’adolescence : réduire le désordre de líépidémie

À partir du constat que la prévention du sida auprès de l’adolescence et de la jeunesse est importante alors que l’épidémie concerne peu ces catégories de population, l’auteur développe une réflexion sur la complexité des représentations sociales associant sida et adolescence, en partant de l’idée que ces catégories résultent d’un  » travail  » des institutions sociales. Ainsi développer un discours préventif sur le sida auprès de ces catégories a pour effet d’intégrer le sida dans un discours consensuel plutôt que de parler au nom de catégories marginales (homosexuels, toxicomanes, migrants d’Afrique). En s’adressant à ces deux catégories, on met en jeu des modèles de fonction sociale (l’institution biographique pour l’adolescence, le groupe territorial pour la jeunesse). Cette lecture de l’action de prévention fait apparaître le clivage politique sous jacent, d’un côté l’adolescence à protéger des risques liés au sida ; de l’autre la jeunesse, à protéger des risques que le sida fait courir à la société.

Adolescence, 1999, T. 17 n°2, pp. 47-58.

Teresa Cristina Carreteiro : jeunesses Brésiliennes, institutions et changement dans les groupes défavorisés

Les jeunes Brésiliens, vivant dans les quartiers sensibles où sévit le trafic de drogue, font l’expérience de la violence et sont souvent fascinés par elle d’autant plus qu’ils sont en quête de reconnaissance. Or, pour obtenir celle-ci, ils ne peuvent guère compter sur l’appui des institutions sociales qui ont souvent tendance à les stigmatiser alors que le trafic de drogue les acceuille. Pourtant certaines personnes savent éviter ce piège et surmonter leurs conditions difficiles de vie. Ainsi Daniel, qui a élaboré avec l’auteur, son histoire de vie pendant plusieurs années a réussi, grâce au soutien de certains appuis et malgré une vie remplie d’obstacles et de dangers, à construire sa maison, à travailler de manière régulière et légale, à aider sa famille à s’établir et à changer sa vie en instaurant avec d’autres des liens de solidarité et de convivialité.

Joëlle Bordet : la jeunesse, une dynamique sociopolitique en grande transformation

Dans cet article, nous visons à résister aux représentations de la jeunesse comme effet ou comme victime, en créant de nouveaux liens entre « jeunesse » et « adolescence ». En  effet, ouvrir de nouvelles perspectives, de nouvelles potentialités suppose à la fois d’écouter l’adolescent dans sa singularité de sujet et d’analyser ce qu’il représente comme enjeu sociopolitique pour la société. Cet objectif suppose de nouveaux échanges, de nouvelles coopérations entre acteurs techniciens mais aussi avec l’ensemble de la société.

Adolescence, 2009, T. 27, n°2, pp. 349-354.

Mathilde Girard : désolation de l’adolescence – métamorphose de la communauté

Ce texte propose d’interroger la place des expériences de l’adolescence à partir d’une réflexion historique et politique sur le sens de la communauté. Si la jeunesse fut toujours en première ligne dans les mouvements d’insurrection et d’émancipation de la civilisation, les désastres du XXe siècle ont imprimé leur marque sur les réalisations humaines et ont profondément perturbé le rapport de l’action au projet et la confiance en l’avenir. La violence de l’acte est en nous, jusque dans les formes extrêmes par lesquelles nous nous protégeons. Imaginer comment se rapprocher de l’adolescence et inscrire ses manifestations dans le rythme plus vaste des générations suppose de reconnaître cette atteinte et cette contradiction au cœur de la communauté, et de prendre soin, à tous les moments de la vie humaine, de la longue métamorphose dans laquelle nous sommes engagés.

Adolescence, T. 31 n°1, pp. 119-129.

Philippe Gutton : transgresser ou transcrire

Lorsque l’auteur (M. Hatzfeld) parle de la « vitalité sauvage » jaillissant dans le sillage de la jeunesse, je pense que les processus d’adolescence sont le vivant de la jeunesse ; sublimation pubertaire bien à tort interprétée par la réponse sociale comme transgression. La liberté créatrice, concevons-la ainsi n’est jamais seule.

Adolescence, 2011, T. 29 n° 3, pp. 673-676.

Philippe Gutton : introduction

Reprendre les thèses de La Société du malaise (2010) dans le champ de l’adolescence et de la jeunesse est l’objectif de cette journée de travail avec A. Ehrenberg. L’individu doit non seulement s’appuyer sur ses capacités personnelles, compétence en particulier, mais sur « sa subjectivité, son intériorité ». « La subjectivité individuelle (“ libérée ”) est sur le devant de la scène. »

Nous proposons à la méthodologie de l’auteur de faire appel non pas exclusivement aux pathologies de caractère comme cela lui est habituel mais à l’adolescence en tant qu’ensemble processuel de création et, haut lieu bien connu d’individuation narcissique. Comment le double mouvement solidaire de désinstitutionnalisation des rapports sociaux et de psychologisation fait-il souffrir, peut-être de façon exemplaire, les adolescents en leurs normalités supposées et en leurs pathologies contemporaines ? Comment cette évolution change-t-elle la jeunesse en retour ?

Adolescence, 2011, T. 29 n° 3, pp. 545-551.