Archives par mot-clé : Destructivité

Sébastien Chapellon : violence dans le travail d’équipe

Il arrive qu’un adolescent transfère sa propre désorganisation interne sur les personnes qui l’entourent. Entre elles, des incompréhensions et des tensions émergeront. La problématique que l’adolescent leur demande inconsciemment d’héberger peut induire une grande violence interpersonnelle, au risque de dévaster les liens institutionnels. Différents exemples éclairent les mécanismes intersubjectifs à l’œuvre.

Adolescence, 2019, 37, 2, 423-438.

Florian Houssier, Jean-Yves Chagnon : psychopathie, passage à l’acte et destructivité de l’objet

En explorant certaines qualités primaires d’un lien sécure, nous repérons a contrarioce qui vient entraver la capacité à traverser le processus adolescent ; nous articulons ce propos à la situation clinique de Joshua, un adolescent souffrant de psychopathie. Les passages à l’acte itératifs de cet adolescent suggèrent l’hypothèse d’un délire contenu par les violences rejouant une scène primitive traumatique.

Adolescence, 2019, 37, 2, 313-323.

Jessica Jourdan-Peyrony, François Pommier : Le masque comme enveloppe

Créer des masques à partir de l’empreinte du visage avec des adolescents au fonctionnement limite en institution psychiatrique permet de relancer un processus de subjectivation. Cette médiation accueille des projections identifiantes sur des supports concrets, les thérapeutes et le cadre. Confection, création imaginaire et mise en jeu scénique font travailler la dimension corporelle et groupale, la constitution des enveloppes psychiques et leur renfort, en écho aux interactions précoces.

Adolescence, 2017, 35, 2, 315-324.

Michèle Bertrand : Le djihadisme à l’adolescence

Comment des adolescents élevés dans la culture européenne peuvent-ils s’engager dans le djihadisme terroriste ? En montrant le retour du théologico-politique et son effet potentiellement totalitaire, l’auteur montre l’articulation possible entre un mal-être dans la culture, dont il s’agit d’établir les traits spécifiques, et un mal-être personnel qui dérive dans la haine, et la destructivité.

Adolescence, 2017, 35, 1, 135-147.

Sébastien Chapellon : une haine qui masque un appel à être aimé : les faux signalements de maltraitance

Cet article décrit une conséquence méconnue du mal-être adolescent : les faux signalements de maltraitance. Une situation dans laquelle un jeune homme a mensongèrement accusé son père, explique le sens de cet acte qui serait le corollaire d’une tendresse sans pitié. Selon l’auteur, les jeunes lanceurs d’alerte ont paradoxalement besoin d’être étayés par l’adulte qu’ils dénoncent.

Adolescence, 2015, 33, 2, 405-415.

Ouriel Rosenblum : haine entravée, destructivité endurée

Dans le cadre d’un suivi en deux temps (familial pendant l’enfance, individuel à l’adolescence), nous analyserons le cas de Julien, seul enfant de la fratrie à avoir été contaminé in utero par le VIH de sa mère. Nous nous attacherons à cerner la génèse d’une haine entravée, ainsi que le processus de mélancolisation de la transmission, témoin de la destructivité qui occupe la place de la haine.

Adolescence, 2015, 33, 2, 383-394.

Philippe Jeammet : le sensoriel : un antidote aux émotions

C’est dans un contexte de paradoxalité que s’inscrit le processus d’adolescence. Le sujet est confronté avec une intensité toute particulière aux effets de dépendance et à l’exigence d’autonomie. Cette tension suscite une résurgence d’émotions que le sujet doit gérer et la quête de sensations peut en représenter l’une des modalités. La conscience réflexive est alors déterminante pour préserver le sujet des conséquences d’une polarisation destructive.

Adolescence, 2014, 32, 4, 695-703.

Brigitte Wedling : trajectoire d’un adolescent entre psoriasis et troubles du comportement

À travers la trajectoire d’un adolescent, ce travail explore les méandres de son fonctionnement psychique et la diversité de ses expressions – psoriasis, troubles du comportement, toxicomanie – qui sont autant de tentatives désespérées pour juguler l’envahissement pulsionnel et assurer sa survie psychique. Les liens entre psoriasis et pare-excitations d’une part, troubles du comportement et destructivité d’autre part, sont interrogés pour comprendre l’évolution de la psychothérapie et l’élaboration psychique qui la sous-tend.

Jean-Marc Chauvin : Méandres de l’objectalisation

En fonction des expériences affectives blessantes et frustrantes rencontrées, les adolescents à risque quitteront le domaine de la scène objectale où l’éprouvé haineux, garant du lien avec l’objet, est encore possible pour glisser, régressivement, dans la destruction du lien objectal et le désinvestissement narcissique. Une partie du travail de l’adolescence se situe dans le glissement qui s’opère entre les polarités de haine et de destructivité. Une prise en charge analytique doit être envisagée pour maintenir ouvertes les possibilités de remaniements.

Yves Morhain : paradoxalité de « l’enfermement » d’adolescents et de jeunes adultes meurtriers : entre destructivité et créativité

L’actualité de la délinquance qui se signale par l’agression contre l’autre, le semblable, souvent brutale, voire par l’explosion destructrice immédiate, relève de l’archaïque qui renvoie à l’existence subjective du sujet. Les approches judiciaires proposent des formes de rééducation sociale et de prévention, centrées sur l’acte transgressif, désorganisateur et non sur son potentiel refondateur, avec pour conséquence l’« enfermement » de ces adolescents et jeunes adultes difficiles, reproduisant à l’intérieur des murs de la prison une stigmatisation des fauteurs de troubles.

Dans ce qui se révèle une impasse, l’« enfermement » peut opérer et induire la dynamique d’un passage, en instaurant des dispositifs de médiation thérapeutiques qui engagent l’adolescent violent à un travail de ré-élaboration psychique et de relance de sa dynamique subjective, ouvrant l’accès à des satisfactions pulsionnelles constructives, créatives et non pas lieu de décharge pour ces adolescents. Ces espaces de transformation pouvant donner lieu à symbolisation et replacer ces jeunes dans un réseau d’intersubjectivité, dans une communauté d’échanges qui leur permette de se tourner vers un espace de possibilités.

Adolescence, 2013, 30, 4, 797-813.