Présentation du numéro Anthropologie

Le colloque « Anthropologie de l’adolescence ? », organisé en 2012 par la revue Adolescence, le Centre d’Etudes en Psychopathologie et Psychanalyse de l’Université Paris-Diderot avec le Collège de France, nous a donnée l’opportunité de relancer le dialogue entre psychanalyse et anthropologie, et d’en rendre compte largement dans ce numéro de la Revue titré « Anthropologie ».

« Rencontre de la métapsychologie des psychanalystes et de la métathéorie structurelle formelle des anthropologues » (F. Richard) autour du concept de création du Sujet adolescent se faisant, avec et parmi les autres : subjectalisation, intersubjectalisation.

La métamorphose pubertaire, dans son altérité corporelle et psychique, se confronte et compose en interne avec les (re)trouvailles de l’archaïque infantile, de la question des origines, du retour au maternel, du Complexe d’Œdipe, de la différence des sexes et des générations, du grand Autre, et en externe avec les représentants actuels de ce passé (notamment les figures parentales avec leurs propres histoires).

Rencontre entre « processus pubertaires, leurs incitations fantasmatiques, et processus d’adultité, leurs positions mythiques » développe Philippe Gutton.

François Richard travaille ces thèmes et plus précisément la question soulevée entre Œdipe et archaïque, subjectivation et différenciation primaire, ce en regard des théories développées par Françoise Héritier sur « l’inceste du deuxième type ». Le débat entre le psychanalyste et l’anthropologue ouvre sur des convergences : inceste du premier type (homosexualité primaire) et du deuxième type (homosexuel indirect) ne seraient pas fondamentalement distincts, mais aussi sur des divergences quant à la notion d’identique au sens anthropologique et d’identification primaire définie par la psychanalyse.

La question est posée : parlons-nous du même inconscient, du même Œdipe ? Aujourd’hui ce dernier se complexifie, comment le reproblématiser ? Les expériences limites et les pathologies en extériorité signent un échec de l’organisation œdipienne et du même coup les structures de parenté sont ébranlées et des formes nouvelles de parentalité se cherchent.

A ce propos, Sylvie Faure-Pragier, revisitant « la valeur différentielle des sexes » de François Héritier au travers de l’évolution des modèles de procréation actuels, donne à voir l’émergence d’un nouveau fantasme originaire : le sujet accéderait à la symbolisation plus par « la certitude d’être l’enfant du désir de ses parents que par la mise en œuvre d’un fantasme de scène primitive.

Les articles de ce numéro développent le travail de différenciation psychique, de subjectivation, de créativité que l’adolescent effectue avec et en présence de l’autre ; ils témoignent des paradoxes, des achoppements, des impasses qui surgissent tout au long de ce tumultueux parcours. Ces mêmes articles interrogent nécessairement, et en écho, la capacité de l’environnement social, culturel, politique, clinique à recevoir, lier, penser ces processus d’adolescence. Donnons pour exemple, le travail d’élaboration en équipe « d’une épidémie » de scarifications d’adolescents dans une institution, l’analyse de la langue des jeunes immigrés, la question du genre (affaire culturelle et politique)… Ces instances sont-elles capables d’étayer la différenciation subjectale de la façon suffisamment bonne, de soutenir l’adolescent dans sa créativité, dans son statut émergent de sujet acteur de la collectivité ?

Entre du je, du nous et « on », anthropologues et psychanalystes ont encore beaucoup à inventer, co-créer autour de l’adolescence.

Marie-Christine Aubray

Revue trimestrielle de psychanalyse, psychopathologie et sciences humaines